10 juin – Italie : Notre Dame de Saint Luc (1857)

« Fais mettre en une règle ce que tu trouveras écrit de moi dans l'Évangile »

Trente-trois ans après Jeanne d'Arc, une autre Jeanne, de France et de Valois, vient de naître. Qui la connaît ? Elle n'est pas au catalogue des grandes dames de l'histoire ni des saintes françaises. Bien qu'elle soit fille, sœur et femme de roi, aucune enfant ne sera plus asservie, aucune épouse plus méprisée.

À neuf ans, elle est mariée sur ordre de son père le roi de France  Louis XI au jeune duc Louis d’Orléans qui l’ignore et la trompe pendant près de 30 ans d’un mariage non consommé et annulé en 1498 à la demande de celui qui est devenu le roi Louis XII. Libérée de ce mari non désiré auquel elle s’était pourtant entièrement dévouée, elle va réaliser à Bourges son aspiration à la vie consacrée.

Elle fonde la congrégation de l'Annonciade dont le caractère spécifique est de servir le Christ par l'imitation des vertus de Marie, selon le vœu de la Vierge elle-même : « Fais mettre en une règle ce que tu trouveras écrit de moi dans l'Évangile. » Jeanne dégagera ainsi de l'Écriture les dix vertus principales de la mère du Christ : « prudence, pureté, humilité, vérité, louange, obéissance, pauvreté, patience, piété et lance de compassion ».

Elle meurt d’épuisement le 4 février 1505 à 41 ans. Cinquante-six ans plus tard, lorsque les Huguenots violent sa tombe pour brûler son corps, il n'a subi aucune décomposition. Il n'en est pas moins réduit en cendres et jeté à tout vent comme une autre semence, celle de la bergère de Domrémy jetée à la Seine quelques années plus tôt.

Épouse de tout ce qui l'a enchaînée, Jeanne de France a eu la vocation de Marie au pied de la Croix : elle a tout donné et on lui a tout pris. Canonisée par Pie XII le 8 mai 1950, elle est, après Clotilde, Radegonde et Batilde, la quatrième sainte reine de France.

 

Extrait de : Marie de Nazareth

S'abonner est facile, se désabonner également
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !