30 juillet – France, Le Puy : Notre-Dame promotrice de Paix - Saint Pierre Chrysologue, docteur de l’Église, † v. 451

Notre-Dame de France (Puy-en-Velay)

En 1850, l'évêque du Puy (sud de la France) lance le projet de l'édification d'une statue monumentale de la Vierge Marie sur le Mont Anis, au-dessus de la basilique du Puy. En 1853, un concours est lancé auquel participent 53 artistes. Dans le même temps, une souscription est lancée dans toute la France.

Les 300 000 Frères des Écoles Chrétiennes réunissent la somme nécessaire à l'édification du piédestal. Pour sa part, l'empereur Napoléon III offre des canons pris sur l'armée russe au cours de la guerre de Crimée.

En 1859, les différents éléments de la statue sont fondus à Givors (Rhône) et seront acheminés jusqu'au Puy. L'inauguration officielle aura lieu le 12 septembre 1860, en présence d'une foule de 120 000 personnes et de 12 évêques.

Depuis, la statue de Notre-Dame de France fait partie intégrante de l'image de la ville du Puy-en-Velay. Touristes et pèlerins gravissent le sentier et les marches qui conduisent au pied de la statue.

La statue de Notre-Dame de France exprime en premier lieu la confiance des catholiques de France en la Vierge Marie. Pour les catholiques, Marie est celle qui montre quelle disponibilité de cœur il faut avoir pour accueillir Dieu dans sa vie et le donner au monde. Elle est donc un modèle.

La statue de Notre-Dame de France a été réalisée grâce à la fonte de canons. Des instruments de mort sont devenus statue évoquant la paix et la réconciliation. La récupération des canons de l'armée russe a été, au départ, un moyen de récupérer à moindre coût la matière première pour la réalisation de la statue. Mais, ce faisant, la statue de Notre-Dame de France semble faire écho à la prophétie d'Isaïe dans la Bible :

« De leurs épées ils forgeront des socs et de leurs lances des serpes ; une nation ne lèvera pas l'épée contre une autre nation et on n'apprendra plus la guerre » (Isaïe, chapitre 2)

Extrait de l'article du jeudi 5 août 2010, par P.B.Planche, sur le site de la conférence épiscopale de France.

Voir aussi dans l'Encyclopédie Mariale

S'abonner est facile, se désabonner également
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !

JE PARTICIPE !