28 juillet – Russie, Smolensk : Icône de la Pure Porteuse de Dieu (Hodigitria)

L’icône fut transportée sur les champs de bataille contre Napoléon

© Wojciech Pysz, CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/, via Wikimedia Commons

Dans une icône Hodigitria (« qui montre le chemin »), la Mère montre de la main la seule voie à suivre : le Christ. Comme toutes les icônes de Marie, elle porte l'inscription « Mère de Dieu ». Sur son front et ses épaules, les trois étoiles brillantes sont l'expression du dogme qui dit qu'elle est vierge avant, pendant et après la naissance de son Fils. La tunique dorée de l'Enfant indique que tout est lumineux en lui. Il est, selon la définition du concile de Nicée : « Dieu né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu. »

L’icône de la Pure Porteuse de Dieu (icône de type Hodigitria) à Smolensk, aurait été peinte par saint Luc pour la communauté d’Antioche (en Turquie actuelle). Elle aurait ensuite été vénérée à Constantinople dans l’église de Blacherne (Turquie). Elle aurait été apportée en Russie en l’an 1046 et placée en 1101 à Smolensk, dans la cathédrale de l’Assomption.

Elle a été invoquée pour obtenir conseil et aide. En particulier, elle aida l’empereur Vladimir Monomaque (1053-1125) à pacifier et à unir la Russie. On lui attribue la protection de la ville contre l’invasion des Tartares. En 1398, elle fut apportée à Moscou dans la cathédrale de l’Annonciation ; puis, elle fut restituée à Smolensk (Russie), dans l’église de l’Assomption du monastère de Novodevi.

En 1812, l’icône fut transportée sur les champs de bataille contre Napoléon : « Devant et autour de l’icône, derrière et de toute part, marchaient, courraient et se prosternaient jusqu’à terre, la tête découverte, des foules de militaires » (Tolstoï, Guerre et Paix).

Le 22 novembre 1991, on vit l’icône verser des larmes toute la journée devant une grande foule de fidèles. L’évêque et le patriarche en ont reconnu l’authenticité.

La Vierge Hodigitria de la Pure porteuse de Dieu est fêtée le 5 novembre : fête instituée après la victoire contre Napoléon en 1812 ainsi que le 22 novembre : fête qui commémore les larmes de l’icône en 1991.

S'abonner est facile, se désabonner également
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !

JE PARTICIPE !