24 décembre - Vigile de la Nativité

MDN

L’email court, gratuit et enrichissant
pour découvrir et aimer la Vierge Marie

Quand la Vierge Marie évoque elle-même la Nativité de Jésus (I)

Dans l’Évangile tel qu’il m’a été révélé, de Maria Valtorta, la Vierge Marie retournant de longues années plus tard à la grotte de Bethléem avec Jésus et ses Apôtres, y évoque ainsi l’arrivée de la Sainte Famille dans l’heure de la nuit qui a précédé  la naissance de son Fils :

« Joseph fit de la lumière à mon entrée. C’est alors seulement, en descendant de l’âne, que je sentis à quel point j’étais fatiguée et gelée… Un bœuf nous salua, j’allai à lui pour sentir un peu de chaleur, pour m’appuyer contre le foin.

Là où je me trouve, Joseph étendit du foin pour me faire un lit et le sécha pour moi comme pour toi, mon Fils, à la flamme allumée dans ce coin car, par amour, cet ange qu’était mon époux était bon comme un père. Et nous tenant par la main, comme deux frères perdus dans l’obscurité de la nuit, nous avons mangé du pain et du fromage, puis Joseph alla là-bas alimenter le feu, et ôta son manteau pour boucher l’ouverture.

En réalité, il fit tomber un voile devant la gloire de Dieu qui descendait des Cieux, toi, mon Jésus… et je restai sur le foin, dans la tiédeur des deux animaux, enveloppée dans mon manteau et dans la couverture de laine.

En cette heure d’anxiété où j’étais seule devant le mystère de ma première maternité, toujours pleine d’inconnu pour une femme et, pour moi, dans mon unique maternité, remplie aussi du mystère qu’allait être la vision du Fils de Dieu émergeant d’une chair mortelle, lui, Joseph, fut pour moi une mère, il fut un ange, mon réconfort,  à cette époque comme toujours. »

 

Tiré de Les 20 mystères du Rosaire dans les écrits de Maria Valtorta - Centro Editoriale Valtortiano, p. 53 et 54, et de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé, 207,2/8 ; 29.7/12 

S'abonner est facile, se désabonner également.
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !