13 décembre – France : Notre Dame de La Sainte-Chapelle

Le Seigneur et sa Mère comblèrent cette âme de grâces immenses

M. Joly était un ancien et le dernier des ministres du roi martyr Louis XVI (roi de France au XVIIIe siècle). Attaché à la secte des prétendus philosophes du XVIIIe siècle, il ne pratiquait depuis sa jeunesse aucune espèce de religion.

Agé de plus de quatre-vingts ans, aveugle et malade depuis plusieurs mois, ses facultés intellectuelles n'avaient subi aucune altération. Jurisconsulte profond, il était encore le conseil d'un grand nombre de familles dont il gouvernait les intérêts. Dix fois son pasteur s'était présenté à sa porte, et dix fois il avait été refusé.

Le lundi 12 décembre, il se présente de nouveau, on veut encore l'éconduire, il persiste, il est introduit. Après quelques minutes d'une conversation de pure politesse, M. Joly dit à son pasteur sans aucun préambule :

« M. le curé, voulez-vous être assez bon pour me donner votre bénédiction ? » Il ajouta après l'avoir reçue : « Que votre visite me fait de bien, M. le curé ! Je ne puis vous voir, mais je sens votre présence. Depuis que vous êtes auprès de moi je goûte une paix, un calme, une joie intérieure que je n'ai jamais connus. »

Le prêtre se mit à prier ardemment la Vierge Marie ; la grâce travaillait visiblement… Aussi le curé ne quitta-t-il son malade qu'après avoir commencé à entendre sa confession. Le Seigneur et sa Mère  comblèrent cette âme de grâces immenses : la vie du malade fut prolongée de plusieurs années et tous les jours qui s'écoulèrent, depuis sa conversion, furent consacrés à la foi, à l'amour de Dieu et à la soumission à sa divine volonté.

L’équipe de Marie de Nazareth

Source : Recueil Marial

S'abonner est facile, se désabonner également
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !