17 novembre - Lituanie Marie Porte de l'Aurore

MDN

L’email court, gratuit et enrichissant
pour découvrir et aimer la Vierge Marie

Le Calife qui défia l'Eglise Copte (I)

Saint Samaan était un homme ordinaire dont la foi simple était de celle qui déplace les montagnes. Humble d'apparence, travailleur, pur de coeur et ferme dans sa foi, il fut celui que Dieu choisit pour accomplir un grand miracle, le déplacement de la colline de Mokattam en Egypte, et ainsi sauver son Eglise et porter haut la croix du Christ. Saint Samaan, le cordonnier tanneur, a vécu en Egypte vers la fin du dixième siècle après Jésus-Christ. Il était contemporain du Saint évêque Abram Ibn Zaraa le syrien qui occupa la chaire de Saint Marc en 975 ap. J-C et qui s'endormit en paix en 979 ap. J-C. Nous ne connaissons rien de l'enfance du saint. Il semble qu'il vécut dans une petite ville, Babylone ou le palais de la cire (aujourd'hui le Vieux Caire) sous le règne d'Al-Mu'iz Li-Din Illah, premier gouverneur de la dynastie des Fatimides. Il était tanneur, un métier très répandu à Babylone et qui est toujours exercé au Vieux Caire. Cette profession comprenait non seulement le tannage des peaux mais aussi les différents métiers qui l'accompagnent comme la cordonnerie. C'est pourquoi Saint Samaan est aussi connu comme Samaan le cordonnier ou Samaan le savetier. C'était aussi le métier pratiqué par Saint Inianos, premier patriarche de l'Eglise Copte. Saint Marc alla trouver ce savetier pour réparer ses chaussures abîmées. Quand le poinçon qu'Inianos maniait perça sa main, Saint Marc s'écria " Ious Theos " qui veut dire " O Dieu Unique ", expression qui surprit Inianos et lui ouvrit le c?ur à la révélation de l'Evangile. L'icône de Saint Samaan le présente privé de l'oeil droit. Un épisode de sa vie explique l'événement qui lui fit perdre son oeil. Un jour une femme entra dans sa boutique pour lui donner des chaussures à réparer. Quand elle les ôta pour les lui confier elle découvrit ses jambes. Samaan les regarda avec un esprit de luxure. Mais se reprenant il prit son poinçon et le plongea dans son oeil pour l'arracher prenant à la lettre le commandement du Seigneur : " Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur. Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n'aille pas dans la géhenne. " (Mt 5 : 28, 29) Saint Samaan vivait en ascète et en homme de prière mangeant peu - il dit de lui-même au Patriarche Abram qui l'interroge: " je mange un peu, juste pour conserver la vie "-, s'habillant de vêtements râpés et consacrant l'essentiel de son temps en prières. Au coucher du soleil il quitte son travail, mange frugalement et, dit-il, " retourne prier et reste toute la nuit en priant". Chaque jour Saint Samaan s'occupe de personnes âgées et de malades à qui il apporte de l'eau. Il explique au Patriarche : " je me lève tôt chaque matin avant de partir travailler pour remplir ma jarre d'eau et la distribuer aux personnes âgées et aux malades qui n'ont pas la force d'aller se ravitailler? et je distribue chaque jour du pain et de la nourriture aux ermites cloîtrés, hommes ou femmes? "

S'abonner est facile, se désabonner également
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !