7 novembre - France. Dijon. Notre-Dame de l'Étang

MDN

L’email court, gratuit et enrichissant
pour découvrir et aimer la Vierge Marie

La naissance miraculeuse de Louis XIV « Dieudonné » (II)

Six jours plus tard, le 3 novembre vers les 2 heures du matin, le pieux Frère dans sa cellule est tiré de sa prière par des cris d'enfant. Étonnement et frayeur : il se trouve en face de la Vierge Marie, qui lui montre sur ses bras un enfant vagissant : "N'ayez pas peur, dit-elle, je suis la Mère de Dieu, et l'enfant que vous voyez est le Dauphin que Dieu veut donner à la France." Et la vision disparaît puis se manifeste à nouveau un court moment mais sans plus dire un mot. Enfin, deux heures plus tard, Marie se fit voir encore, mais seule, et dit : "Ne doutez plus mon enfant de ce que vous avez déclaré à votre confesseur. Pour marquer que je veux qu'on avertisse la Reine de faire trois neuvaines en mon honneur, voilà la même image qui est à Notre-Dame de Grâces, en Provence, et la façon de l'église." Et Frère Fiacre vit avec précision le tableau ainsi que le choeur où il se trouvait, comme aujourd'hui. Immédiatement mis au courant, ses supérieurs qui, comme lui, ne s'étaient jamais rendus à là-bas, consultèrent des amis qui avaient fait le pèlerinage : et les descriptions correspondaient ! Le 5 novembre, on rédigea donc un procès-verbal de tout cela, que toute la communauté des Augustins contresigna, à l'intention du Cardinal de la Rochefoucauld. Car ces trois neuvaines étaient désormais devenues une affaire d'Etat.

S'abonner est facile, se désabonner également
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !

JE PARTICIPE !