18 mai - Italie. Notre Dame du Saint Désir (1890)

Je pleure pour les pécheurs (I)

Le 19 mai 1853, à Cerreto, en Italie (Toscane, diocèse de Pitigliano), au lieu-dit « la casetta », une bergère de douze ans, Veronica Nucci, garde les bêtes avec son jeune frère, Giovanni Battista, sept ans. Un orage éclate. Ils mettent le troupeau à l'abri, dans une cabane. Soudain, Veronica aperçoit droit devant elle une « belle dame inconnue agenouillée, vêtue d'une robe blanche décorée de petites fleurs rouges, avec une sorte de ceinture noire à la taille, un manteau bleu ciel avec des taches rouges et rondes et une couronne dorée surmontée d'une croix sur la tête ». « Veronica, viens près de moi, tu ne te mouilleras pas, mets-toi à genoux ici », entend-elle. Puis : « Disons cinq Credo à mon Fils (...). Disons la Protesta (prière de préparation à la mort). » Enfin : « Aide-moi à pleurer. - Pourquoi pleures-tu ? demande Veronica. - Je pleure pour les pécheurs. Tu vois comme il pleut ? Les pécheurs sont plus nombreux que les gouttes d'eau qui tombent. Mon Fils a les mains et les pieds cloués, les Cinq Plaies ouvertes. Si les pécheurs ne se convertissent pas, mon Fils devra envoyer la fin du monde. Et toi te contenterais-tu de vivre trois ou quatre mois de plus, ou d'arriver à la fin du monde ? - Je préfère mourir ! » L'apparition demande de prier : « Chaque jour sept Notre Père, Je Vous Salue Marie et Gloria pour le sang versé, puis cinq Notre Père, Je vous Salue Marie et Gloria pour les Cinq Plaies ; sept Notre Père, Je Vous Salue Marie et Gloria pour moi qui me nomme Maria Addolorata. »

S'abonner est facile, se désabonner également
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !

JE PARTICIPE !